islam la france

L’électorat de gauche est de plus en plus prudent par rapport à l’installation de l’islam en France comme pour le reste de la population française.

Plus connu comme étant un privilège de l’extrême droite et une réaction dans le débat culturel, la défiance par rapport à la montée de l’islam en France touche désormais la gauche. Avec un pourcentage de 31% des socialistes qui pensaient que l’Islam à une place « trop importante » en France, aujourd’hui, le pourcentage a dépassé les 50%.

Causes et effets

Le rejet global de la religion islamique en France est dû à l’année 2015 – qui s’est avérée sanglante suite aux attentats de Charlie Hebdo et le Bataclan – est confirmé par le sondage de Ifop-Figaro. Pourtant, le rejet n’est pas nouveau, en tout cas c’est ce que le même sondage a repéré en 1989. Le pourcentage des favorables pour la construction des mosquées sur le territoire français par exemple était de 33%. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 13%. Quant au port du voile, le pourcentage des gens contre a largement haussé de 31% à 63% pour l’année 2016.

Moins apparent en Allemagne, le phénomène de « la peur de la propagation de l’islam » est dû aux évènements du 31 décembre à Cologne. Jérôme Fourquet déclare : » Alors que ces deux pays ont des histoires de l’immigration très différentes, cette convergence montre que les défis de ces questions majeures sont posés de manière similaire à toute la société occidentale. »

Le Conseil Français du culte musulman s’indigne 

Pour Anouar Kbibech, le président du CFCM, le sondage conforte le sentiment que l’image de l’Islam est un grand défi pour le peuple français de confession musulmane. Il déclare : « Nos concitoyens doivent considérer les Français de confession musulmane comme des citoyens à part entière et non comme des citoyens entièrement à part ! [..] Il fut un temps où les musulmans réclamaient peut-être un droit à «la différence ». Désormais, les musulmans de France ne réclament qu’un droit à « l’indifférence ».