Péelerinage à la Ghriba -synagogue de Djerba-

Programme de réédition des ouvrages relatifs à l’histoire des israélites en Tunisie

par Kyranis Editions

 

Titre du livreAuteurAnnée d’éditionLieu d’éditionMaison d’édition 

Table des matières

 

-1-

Les israélites Tunisiens

 

A. Bach-Hamba1909TunisSociété anonyme de l’imprimerie rapide[Introduction]

Chapitre I – Origine et nationalité des israélites indigènes

Chapitre II – Condition juridique des israélites sujets musulmans

Chapitre III – Rattachement des israélites tunisiens à la juridiction française

Conclusion

 

-2-

Essai sur l’histoire des israélites de Tunisie-Depuis les temps les plus reculés jusqu’à l’établissement du protectorat de la France en Tunisie

David Cazès1889ParisLibrairie Armand DurlacherINTRODUCTION

ESSAI SUR L’HISTOIRE DES ISRAÉLITES DE TUNISIE

[PREMIÈRE PARTIE]

Chapitre I – LES JUIFS AVANT LA DOMINATION ROMAINE

Chapitre II – LES JUIFS SOUS LA DOMINATION ROMAINE

Chapitre III – LES JUIFS SOUS LA DOMINATION DES VANDALES ET DES GRECS

Chapitre IV – LES ISRAELITES PENDANT LA CONQUETE MUSULMANE

Chapitre V – LES ISRAELITES A KAÏROUAN

Chapitre VI – ETABLISSEMENT DES ISRAÉLITES A TUNIS ET DANS LES VILLES DE LA RÉGENCE

Chapitre VII – LES ISRAELITES DE TUNIS DU XIIe AU XVIIe SIÈCLE

Chapitre VIII – L’ARRIVEE DES JUIFS D’ESPAGNE LE SCHISME DES GRANA

Chapitre IX – LES ISRAÉLITES DE TUNISIE AU XVIIIe SIÈCLE

Chapitre X – LES ISRAÉLITES DE TUNISIE AU COMMENCEMENT DU XIXe SIÈCLE

Chapitre XI – LES ISRAÉLITES SOUS MOHAMMED BEY – LA CONSTITUTION TUNISIENNE

Chapitre XII – LES ISRAELITES SOUS LE BEY SADOK

DEUXIÈME PARTIE

Chapitre I – NOMS DES ISRAÉLITES TUNISIENS

Chapitre II – USAGES PARTICULIERS AU JUDAÏSME TUNISIEN

APPENDICE

Chapitre I – L’INSCRIPTION DE BÉRÉNICE

Chapitre II – L’INSCRIPTION DE HAMAM ELLIF

Chapitre III – CONVENTION RELATIVE AU FONCTIONNEMENT DES COMMUNAUTÉS ISRAÉLITES DE TUNIS

Chapitre IV – TRADUCTION DU DÉCRET DE S. A. MOHAMED-ES-SADOC, BEY DE TUNIS, RÉGLEMENTANT L’ADMINISTRATION DE LA COMMUNAUTÉ ISRAÉLITE TUNISIENNE, PRINCIPALEMENT EN CE QUI CONCERNE LA CAISSE DE LA COMMUNAUTÉ ET L’EXPLOITATION DU MONOPOLE DE LA VENTE DE LA VIANDE

Chapitre V – EXTRAIT D’UN RAPPORT ADRESSÉ AU COMITÉ CENTRAL DE I.’ALLIANCE ISRAÉLITE SUR L’ÉTAT DU TALMOUD-TORA TUNISIEN, AU COMMENCEMENT DE L’ANNÉE 1878

Chapitre VI – TRADUCTION D’UNE LETTRE DE MOHAMED KHAZNADAR, PREMIER MINISTRE DU BEY DU TUNIS, AU CAÏD DES ISRAÉLITES, LUI ANNONÇANT QUE LE BEY DONNE SANCTION A LA TAXE D’UNE CAROUBE PAR LIVRE DE VIANDE AU PROFIT DE L’ÉCOLE DE L’ALLIANCE ISRAÉLITE

 

-3-

Notes bibliographiques sur la littérature juive-tunisienne

 

David Cazès1893TunisImprimerie internationale Préface
Introduction
[Auteurs décédés :]

Belaich, Abraham
Bocara, Abraham, fils de Moise
Bocara. Samson ? f1p 33
Bonan, David

Bonan, David, et Levy, Juda,
Bonan, Isaac,
Borgel, Elie Hai,
Borgel, Joseph,
Borgel, Nathan,
Carvalho, Mordehai Baluh,

Carvalho, Isaac,
Catarivas, Semaria,

Cohen, Abraham,

Cohen Ishaki, Abraham,
Cohen, Abraham, do Djerba,
Cohen-Tanugi, Israël,
Cohen-Tanugi, Joseph,
Cohen Ishaki, Juda, fils d’Isaac Hai et ses amis,
Cohen, Saul,
Cohen, Saul, 1,
Cohen, Semali,
Crief, Moise,
Eladaoui, Moise,
Elfassi, Àlossoud, et ses fils,

Elfassi, Salomon et Haim,
Elhaick, Ouziel,

Elhaïck, Ouziel,
Fetoussi, Baruh,
Feitousi, Jacob, fils d’Abr.
Ghez, David,
Guez, Joseph,
Ghez, Moise,
Hadad, Isaac,
Hagège, Abraham,
Hayon, Aron,
Jarmon, Haim,
Jarmon, Nehorai,
Ktorza, Abraham,
Levy Bacrat, Abraham,
Lévy, Juda,
Lumbroso, Isaac,
Maarek, Jacob,

Moatti, Joseph,
Nacascho, Moise,
Nataf, Isaac,
Nijar, David,

Nijar, Juda,
Nijar, Juda,
Nijar, Juda,
Nijar, Juda,
Nijar, Juda,
Nijar, Juda,

Nijar, Juda,
Perez, Aron,
Perez, Aron,
Perez, Hizkia,
Schenlalna, Salomon,
Schemalna, Salomon,
Schemama, Salomon,
Schemama, Samuel,
Sfez, Abraham,
Sedbon, Joseph,
Taieb, Abraham,
Taieb, Haim,
Taieb, Isaac,
Taieb, Isaac;
Taieb, Isaac,
Taieb, Isaac,
Uzan, Salomon,
Zarka, Salomon,

Auteurs Vivants :
Cohen, David,
Cohen, David,
Cohen, Hai,
Cohen, Haim,
Cohen, Haim,
Cohen, Haim,
Cohen, HaÏnl,
Cohen, Haim,
Cohen, Haim,
Cohen, Haim,
Cohen, Haim,
Cohen, Halifa;
Cohen, Halifa,
Eidan, Moise,
Eidan, Moise,
Hadad, Isaac Hamous
Jarmon, Juda,
Mazouz, Zaken Moise,
Index alphabétique des noms d’auteurs
Index alphabétique des noms d’ouvrages

 

-4-

Les juifs de Tunisie à Bible vécue :

De la Kahena princesse berbère juive à Mendès France – Les Juifs de Tunisie à Bible vécue

 

Charles Haddad De Paz1886   

-5-

Les civilisations tunisiennes-musulmans-israélites-européens

 

Paul Lapie1898ParisFélix Alcan, éditeurIntroduction
CHAPITRE ler : Le principe des civilisations tunisiennes.
I – Les, institutions des Musulmans et des Israélites
ne s’expliquent pas par les races,

II – ni par les religions,

III – Elles s’expliquent par les habitudes mentales des deux peuples : contraste des deux âmes,
IV – La race et la religion ne sont que des causes secondes,

Plan de l’ouvrage,
Chapitre II : Les langues.
L’unité de langage est nécessaire à la vie sociale comment elle se prépare à Tunis.
Chapitre III : La richesse
La création de la richesse, but de l’activité européenne,
n’est que secondaire pour les Tunisiens,
1. Institutions économiques des Arabes.

1° Conserver les richesses naturelles théorie de la propriété,

2° Industrie, ses méthodes,

3° Vie économique nourriture : vêtement, maison,

4° Etat social : les classes,

Explication psychologique,
II. Institutions économiques des Israélites.
1° Échanger les richesses : le commerce,

2° Industrie : son défaut d’originalité,

3° Vie économique nourriture, vêtement, maison

4°-Etat social : les classes,

– Explication psychologique,
III. Influence des institutions européennes :

1° sur la vie,

2° sur l’activité,

3° sur l’état social des Arabes et des Israélites,

– État social des Européens de Tunis,
Sentiments réciproques inspirés par cette situation économique,
Chapitre IV. La famille
Double contraste entre les familles européenne, arabe et Israélite,
I. Contraste entre la famille européenne et les familles indigènes : dans celles-ci, absence d’union

1° les mariés ne se connaissent pas,

2° les intérêts et les droits des époux sont séparés,

Conséquences :
1° excès de pouvoir du mari,

2° fragilité du lien matrimonial,
II. Contraste entre la famille musulmane et la famille israélite.

A : La famille musulmane ; son idéal.

1° la volupté (d’où jalousie : la maison arabe, le voile de la femme) ;

2° intérêt ;

3° l’enfant ; son éducation,
III. Contraste entre la famille musulmane et la famille israélite.

B La famille israélite; son idéal ;

1° l’enfant,

2° l’intérêt,

3° le plaisir,
Conclusion.

– Modifications des deux familles indigènes sous l’influence des idées européennes,
Chapitre V. – L’État 139
Multiplicité des États tunisiens,
I. L’État musulman.

– Son idéal réprimer l’injustice ; les magistrats le bey, le chara, l’ouzara, les tribunaux inférieurs ; la police,

– L’État Musulman n’a pas d’autre fonction l’assistance, les grands travaux ne sont pas services d’État ; la Djemaïa des habous,
– Les finances : incohérence des impôts musulmans ; percevoir l’impôt devient la fin du gouvernement,
– Forme du gouvernement absolutisme, pas de division du travail, faiblesse,

– Explication psychologique,
II. L’État israélite.

– Son existence,

– Son idéal : prévenir l’injustice : impôts, assistance, tribunal israélites,

– Forme de ce gouvernement,
Explication psychologique,
III. L’État européen : Systématisation administrative,
IV. Influences réciproques.

1° de l’État musulman sur l’État européen,

2° de 1’État européen sur la politique musulmane

3° sur la politique israélite,
L’État idéal, arbitre des nationalités tunisiennes,
Chapitre VI. – La religion.
I. Les dogmes.

– Double contraste entre les trois Dieux.
1° Allah, sa Toute-puissance :
– le fatalisme.

2° Jéhovah : indétermination de l’avenir,

– Explication psychologique des trois Dieux,

– Le prosélytisme dans les trois religions,
– La tolérance,
II. Les prêtres et les temples.

– Simple contraste entre le culte chrétien et les cultes indigènes,

1° Pas de clergé musulman.

Les théologiens juges,

jurisconsultes,

professeurs,

Imams et mouedzines.

La mosquée,

2° Pas de sacerdoce israélite ; les rabbins : juges, professeurs, officiants, circonciseurs et sacrificateurs. Synagogues privées et synagogues publiques.

3° L’imitation réciproque des cultes : vestiges d’anciennes fonctions sacerdotales chez les Israélites,

– influence de l’Europe sur les cultes musulman et israélite,
III. Les pratiques et les superstitions

Caractères communs aux trois religions.

1° Les pratiques : réglementation des besoins physiques,

– instruments de prières,

– pèlerinages,

– fêtes religieuses.

2° les superstitions : le culte des saints,

– les talismans.
Conclusion, p. 255.
Chapitre VII. – L’art
Existence de l’art musulman architecture, sculpture, poésie, récits, théâtre,

la danse des nègres.
– Caractères de l’art musulman pas de plan préconçu,
– d’où hétérogénéité des matériaux ;
– d’où encore : objet représenté par cet art : l’infini : pourquoi
l’art arabe n’imite pas la nature.
La musique et la danse chez les Israélites; ce ne sont pas
des arts, p. 276. Ya-til uno littérature juive, p, 278 ?
L’avenir de l’art musulman, p 279.

Conclusion 28l.
I. Le passé pourquoi les trois civilisations ont pû se
juxtaposez leur solidarité, p 281 leurs contrastes
lois de leur assimilation, p. 282. Compromis actuels
des trois sociétés, p. 291.
il. L’avenir: 1a cité tunisienne se dissoudra-t-ello In-
des caractères éducation appropriée a l’esprit des Arabes
et L l’esprit des Israélites, p. 297.

 

-6-

Les juifs de Tunisie sous Vichy et l’occupation

 

Jacques Sabille1954ParisEdition du centre 

-7-

Les israélites et la justice

 

A. Zaouche1909TunisSociété anonyme de l’imprimerie rapide